Faut-il acheter un pc Megaport pour le gaming ?


Le jeu vidéo a la réputation d’être gourmand en ressource. Pour le faire tourner correctement sur ordinateur, il est indispensable que le pc gaming présente une certaine configuration. En cela, il y a des marques de pc qui se distinguent par leur assemblage. Parmi celles-ci, on compte Megaport dont les éléments tels que la carte graphique Nvidia et le disque dur SSD permettent une exécution optimale des jeux vidéos. Dans cet article, nous allons présenter les caractéristiques d’un pc Megaport.

Le support d’un pc Megaport

Lorsque vous découvrez l’avis d’ordi2-0.fr sur les pc Megaport, vous pouvez constater que le support d’un pc de cette marque se compose de 3 éléments distincts. Dans un premier temps on a le boitier du pc. Il détermine surtout l’ergonomie et le design de l’appareil. Certains pc gaming ont d’ailleurs des boitiers futuristes. Ensuite il y a le socket du pc qui définit le support destiné à recevoir le microprocesseur de la machine. Ainsi on distingue les sockets AM4 pour les processeurs Ryzen AMD des sockets 1151 pour les processeurs Intel. Enfin, on a le refroidissement du processeur. Il est assuré par un système de ventilation. Celui-ci peut être classique ou dit water cooling. Dans tous les cas, il sera nécessaire pour protéger le processeur et garantir ses performances.

A lire en complément : Quand faire appel à un dépanneur informatique

La configuration d’un pc Megaport

La configuration d’un pc Megaport est aussi déterminée par 3 éléments. Premièrement, on a le processeur de l’appareil. Les performances du processeur vont généralement dépendre de sa marque à savoir AMD ou Intel et de ses caractéristiques. Ainsi comme cela est le cas pour votre business, vous devrez également acheter votre pc pour gaming en fonction des exigences de vos jeux vidéos. Comme autre élément de la configuration, on a la mémoire vive. Elle se traduit par la RAM qui devra être comprise entre 16 et 32 Go. Enfin on a le disque qui, de préférence, doit être de type SSD.

A lire aussi : Un nouveau cap pour la cosmétique connectée